L’ÉQUIPE

Quelques parcours de vie…

 

Régine Westenhoeffer, chorégraphe, comédienne.

Comédienne formée à l’AEPAS de Bruxelles, elle suit la formation vocale avec Enrique Pardo (Roy Hart). Elle participe en parallèle à des ateliers de danse improvisée avec Simone Forti, Julyen Hamilton et Mark Tompkins. Toujours à Bruxelles, elle travaille sur des projets de théâtre clownesque et scientifique avec la compagnie Espace/Temps. En 1998, elle participe à la résidence chorégraphique du chorégraphe Mark Tompkins à Strasbourg. Artiste associée à l’Atelier du Rhin de Colmar de 2005 à 2007, elle participe aux créations théâtrales de Matthew Jocelyn, Patrick Haggiag et Gilles Ostrowsky et continue par ailleurs son parcours en danse avec la compagnie Mandrake /Toméo Vergès. Depuis plus de dix ans, elle travaille avec la compagnie de théâtre chanté Les Clandestines sur Strasbourg qui est en tournée actuellement avec Loin-Lontano, spectacle de rue sur le thème de l’exil à partir d’un répertoire de chants populaires italiens. Elle est éga­lement en préparation avec un spectacle trilingue L’heure d’Alsacien autour du poète alsacien André Weckmann mise en scène de C. Rätz.

En 2002, elle fonde avec Antje Schur la compagnie de danse dégadézo à Strasbourg. Depuis plus de dix ans, elle participe aux créations chorégra­phiques de la compagnie ainsi qu’au programme de formation. 

Elle propose régulièrement des stages, ateliers et cours au Centre Chorégraphique de la Ville de Strasbourg, au TJP Strasbourg, à l’Université de Strasbourg et au CFMI de Sélestat.

Photo_RégineW

—————————————————————————————————————————————————————-

 

Antje Schur, chorégraphe, plasticienne, est née en Allemagne et vit à Strasbourg depuis 1999.

Elle est diplômée de l’école des Beaux Arts de Karlsruhe et Dresde. Depuis 1994, elle pratique la danse contact improvisation, formée auprès de Dieter Heitkamp à la Tanzfabrik de Berlin et d’Howard Sonenklar au Centre Culturel de BELEM de Lisbonne.

Elle rencontre le chorégraphe Mark Tompkins lors de sa résidence chorégraphique à Strasbourg en 1998 et dansera dans sa compagnie I.D.A les spectacles: La vie rêvée d’Aimé et remiXamor. Elle participe au Festival On the Edge à Paris en 1998 et se forme lors de stages intensifs avec Steve Paxton, Lisa Nelson, Simone Forti, Julyen Hamilton et Joao Fiadeiro.

En tant qu’interprète, elle participe à des créations chorégraphiques avec la Compagnie Ratzan­Kor, Berlin der schwamm, Dieter Heitkamp Hautsache-Tanz et Schule der Sensibilität à Franc­fort/Main, avec la compagnie DoTheater, Sleep-less-ness à Aix-la-Chapelle, la compagnie ManDrake/Toméo Vergesmeurtres intérieurs à Paris.

En tournée actuellement avec Black’N Blues de la compagnie I.D.A. de Mark Tompkins et en créa­tion avec la compagnie strasbourgeoise Voix Point Comme pour Incidents – début d’un très beau jour d’été (texte Danijl Harms).

pic_antje

—————————————————————————————————————————————————————-

Xavier Fassion s’est mis à parler avant de savoir marcher.

Enfant, il reçoit de son père un cadeau magique : un enregistreur à cassette.

D’abord autodidacte, il se forme ensuite aux musiques improvisées, aux percussions et à la composition aux conservatoires de Lyon et Strasbourg avant de rencontrer Mark Tompkins pour une rencontre décisive avec le contact improvisation.

Il officie au sein de diverses formations en tant que batteur et compositeur, joue et compose pour la danse, réalise des paysages sonores et des documentaires pour la radio (DeutschlandRadio, RTBF, Radio Suisse Romande), et intervient dans les écoles pour sensibiliser à l’écoute du monde sonore.

Passionné par les langues, il a appris l’anglais, l’espagnol, l’italien, l’allemand, le serbo-croate, le mongol et l’indonésien), il s’est également formé en shiatsu.

pic_Xavier

—————————————————————————————————————————————————————-

 

Eckart Müller a toujours aimé le mouvement, les acrobaties, les expériences physiques.

Mais il détestait les danses de couples. Il est né et a grandi dans un petit village sans aucune culture artistique contemporaine  jusqu’à ce qu’il découvre un jour le monde des arts de la scène, puis le contact improvisation dans les années quatre-vingt.

Cela fût une révélation, une rencontre pleine d’énergie et de lumière qui changea sa vie et l’anime depuis. Progressivement, de travailleur social, il est devenu danseur et enseignant, voyageant désormais à travers le monde pour partager son expérience.

Il est co-fondateur et organisateur du festival de contact improvisation de Freiburg et membre de la compagnie dégadézo depuis sa création.

ecky

—————————————————————————————————————————————————————-

Daniela Schwartz, artiste nomade, voyageuse infatigable, cultivant le goût du détail.

Amoureuse des langues, elle a grandit à Buenos Aires et a traversé quatre continents avant d’atterrir à Strasbourg.

Plasticienne de formation, diplômée de l’Ecole Nationale Supérieure des Arts Décoratifs de Strasbourg, elle enseigne et pratique le contact improvisation depuis 1998. Sa pratique a été nourrit par  Daniel Lepkoff, Nancy Stark Smith, Lisa Nelson, Joao Fiadeiro, Jurij Konjar.

Elle participe à divers projets et performances en Amérique du Sud, au Mexique, aux Etats-Unis, à Cuba et en Europe. Depuis 2005, elle enseigne conjointement avec Eckhard Müller dans plusieurs compagnies, festivals et institutions de par le monde. Ses travaux avec les bijoux contemporains, les objets, les textiles, la création vidéo, les installations et la performance sont autant d’approches artistiques qui questionnent le corps et viennent nourrir sa recherche autour de l’idée de « l’être humain séparé du monde ».

Elle est co-organisatrice du festival de contact improvisation de Freiburg et Membre de la compagnie dégadézo depuis 2003.

pic_Dani

—————————————————————————————————————————————————————-

 

Claire Hurpeau, danseuse, chorégraphe et performeuse

Elle s’initie à la danse contemporaine en Bretagne en 2005 et nourrit sa pratique notamment via le contact-improvisation, le butô, le clown de théâtre, le Body Mind Centuring et le tango argentin. Depuis ses débuts, elle développe une relation exploratoire au mouvement, en quête de ses nombreux possibles et d’esthétiques nouvelles.

Claire a suivi la formation professionnelle de l’école Bewegungs-art (Freiburg, Allemagne) dont elle est diplômée en tant que « dancer-performer ». Elle a participé à l’exposition Installations Objets Performances de la chorégraphe Sasha Waltz, performant au sein d’un groupe de danseurs internationaux au musée ZKM (Karlsruhe, Allemagne). Ancien membre du groupe de recherche butô dirigé par Gyohei Zaïtsu, elle fait à présent partie du collectif strasbourgeois Langue de Boeuf (collectif de recherche en improvisation transdisciplinaire).

La création est une part importante de sa démarche artistique (Go Dirndl!, Promenade Nocturne, ssQnTt, Vibrant Landscapes, Polymorphosis), mais elle improvise aussi régulièrement seule ou avec d’autres artistes dans des lieux variés (galerie, théâtre, espaces extérieurs…).

claire - 13xs

 

 

 

 

 

 

—————————————————————————————————————————————————————-

 

Nolwenn Gesang, habite rue de la Lune, chercheuse de mouvement dansé à tous les coins de rue

Nolwenn aime le Mouvement, la Poésie, le Quotidien et la Rencontre depuis toute petite. Ca a donné deux choses : la danse et l’éducation spécialisée.
Educatrice spécialisée et danseuse, Nolwenn se forme aujourd’hui à la danse-thérapie (Irpecor- Benoit Lesage).
Elle utilise depuis plus de 10 ans sa pratique artistique et corporelle au service des dynamiques de groupe, du développement de la personne ou de son cheminement thérapeutique, et du processus de création.
Elle travaille auprès d’enfants, adolescents ou adultes, porteurs ou non d’un handicap, de toutes cultures et tous horizons, dans différents secteurs.
Le contact-improvisation est rapidement devenu un outil de prédilection pour ses ateliers.

Elle explore en permanence ce qui est en mouvement ou à mettre en mouvement dans le vivre-ensemble et la création de soi.

Danseuse à toute heure, pour elle, chaque gestes, mouvements ou pensées se doivent d’être incarnés et poétiques. Elle envisage le corps à la fois comme voie d’accès à soi, interface avec le monde et expression de son être.

« Pour que la petite route de la routine quotidienne devienne sentiers de création ! »

Joseph Rouzel

Nolwenn_site